RSS

Les ravages du Libéralisme marchand

07 Juin

Résumé : À l’Est de l’Union Européenne, on trouve encore de petits villages où les traditions conservées revivent au rythme des saisons et des fêtes païennes. Mais cette vision cyclique de l’existence est incompatible avec notre vision structurée sur des notions de progrès et de croissance infinie. L’arrivée du libéralisme marchand a ainsi désintégré ces sociétés authentiques qui ont basculé dans la modernité déculturée d’une société de consommation. C’est une attaque contre la biodiversité (déforestation massive, exploitation intensive, autoroutes) mais c’est aussi une attaque contre la diversité des cultures (disparition des villages). Ce que le communisme avait su préserver fond comme neige au soleil pour enrichir les investisseurs du Far West et de l’Ouest.

Maramures
Il existe un peuple européen qui était très heureux de vivre, il y a quelques années, en dehors du libéralisme marchand et qui regrette, aujourd’hui, son entrée dans l’Union Européenne qui a tout détruit en imposant des contraintes économiques de type capitaliste : il s’agit du peuple des Maramures en Roumanie.

Juste après la chute du régime Ceaucescu (en 1989), les roumains avaient su conserver leur authenticité et un mode de vie ancestral tout à fait fascinant : travaux agraires à la force animale, famille fauchant à la main les champs, tenue traditionnelle portée avec soin, … la population a aussi su conserver de nombreux rites païens liés à la nature et aux grands cycles de vie. Hélas tout cela s’estompe à cause de l’influence de la société de consommation.

Maramures est une région dont 40 % de la surface est recouverte de forêts, certes c’est moins que les 90 % d’il y a une centaine d’années, mais c’est encore largement suffisant pour abriter une biodiversité abondante, on y trouve ainsi toute la grande faune européenne et en particuliers les trois grands prédateurs le lynx, le loup et l’ours. Cette identité et cette nature pluri-millénaires étaient encore intactes avant l’arrivée du libéralisme occidental. Mais sous l’impulsion de l’Union Européenne et du Fonds Monétaire International, on a imposé à ce peuple traditionnel de type archaïque d’évoluer en quelques années vers un modèle dit « de progrès » que les peuples de l’Europe de l’Ouest ont construit progressivement en trois quarts de siècle, le résultat est désastreux.

Les Maramureseni (habitants de Maramures) se considèrent comme descendants directs des tribus Daces qui ont su rester libres : ils ont résisté à l’invasion romaine, ils ont résisté à l’acculturation chrétienne, ils ont résisté au communisme (pas de collectivisation des terres, pas d’urbanisation forcée de leur campagne) et aujourd’hui ils sont sur le point de se faire aspirer par le libéralisme marchand. Les Maramureseni ont toujours été écologiques au sens profond du terme. Ils vivent dans un contexte naturel de temps cyclique : leurs fêtes et leurs poésies expriment un rapport à la nature très intense et leur vision du monde est beaucoup plus proche du paganisme que du christianisme (par exemple Hora, la danse du printemps et les chants associés qui sont de véritables incantations à la forêt et aux fleurs). Cette vision cyclique de l’existence, représentée par le déroulement des saisons, est complètement incompatible avec notre vision profondément structurée sur des notions de ce qu’on appelle « progrès ». On pense, à tort, que chaque jour sera mieux que le précédent et que la croissance est infinie.

Le régime matérialiste de Ceaucescu a combattu sans succès ces pratiques archaïques perçues comme un frein au développement économique et, finalement, c’est le système libéral porté par l’occident qui anéantira ces précieuses cultures ancestrales. La jeunesse ne s’intéresse plus qu’au rock ou aux manele (musique tzigane influencée par le disco, le rap, la pop et la musique turque), les danses populaires, les rites des anciens, tout est oublié … on assiste à la désintégration d’une société traditionnelle qui bascule dans la « modernité » d’une société de consommation.

Mais de quel progrès s’agit-il ? Vers quelle modernité va ce peuple ? rien de vraiment concret, rien de vraiment profond, uniquement une frénésie de l’innovation et du changement, une sensation d’être « heureux » comme à l’ouest. Plus de repères comme avant, plus d’équilibre entre les contraires (jeunes et vieux, communauté et individu, nature et urbanisme, …). Auparavant, la nature était respectée comme un partenaire qu’on aime et non pas comme un ennemi dont on veut profiter. Le village et ses habitants étaient en osmose avec le milieu et l’environnement.

Perdus dans ce nouveau monde qu’ils ne comprennent pas, eux les descendants des Daces, eux qui défiaient la mort comme de vrais païens (repas à la table des morts dans certains cimetières, décoration du cimetière joyeux de Sapinta,…), eux qui étaient libres se soumettent maintenant aux nouveaux protocoles orthodoxes dont les églises diffusent la messe par haut-parleurs dans les campagnes (modernité oblige).

Au niveau économique, les équilibres fragiles qui se sont établis au cours des siècles s’effondrent, on passe brutalement d’une économie locale à une économie mondialisée. On passe d’une économie de subsistance à une économie d’exportation et le produit choisi pour équilibrer la balance commerciale et rapporter des devises : c’est bien sûr le bois, très abondant dans cette région. L’exploitation devient intensive, destructrice, irresponsable. Auparavant, le bois servait uniquement à se chauffer et à fournir les matériaux pour réparer les habitations ainsi que pour la sculpture d’objets décoratifs et artisanaux. Aujourd’hui, l’état punit comme hors la loi quiconque prendra du bois dans la forêt sans autorisation et les prix deviennent tellement élevés à cause de l’économie de marché que les habitants doivent renoncer à leurs traditions.

Sur le plan écologique, c’est une catastrophe : la surexploitation et les coupes rases défigurent les montagnes et provoquent des ravinements. De nombreuses forêts primaires, patrimoine biologique unique en Europe plusieurs fois centenaire, disparaissent. Les animaux et en particuliers les grands prédateurs qui habitaient ces forêts sont en net déclin, à cause de la réduction de leur écosystème mais aussi à cause d’une pression considérable de la chasse. Les cervidés sont ainsi en très nette diminution si bien que les loups sont obligés de se rabattre sur les troupeaux d’ovins domestiques ce qui entraîne des tensions avec les bergers, alors qu’il n’y avait aucun problème autrefois.

Le prétendu « progrès » est responsable de cette situation : tous les équilibres (naturel, culturel, sociétal) sont rompus, des espaces écologiques uniques et irremplaçables ayant mis des milliers d’années à se stabiliser sont effacés instantanément pour quelques euros en papiers, des traditions locales d’une richesse culturelle inestimable s’étant maintenues depuis la nuit des temps sont oubliées en une seule génération. C’est une attaque contre la biodiversité mais c’est aussi une attaque contre la diversité des cultures.

Réagissons avant qu’il ne soit trop tard ! Ce sont justement ces modèles de société qu’il faut encourager. Ils sont notre avenir.

Post-scriptum : Quelques liens pour illustrer la situation et son évolution :

(1) FILM D’ARCHIVE : Comment vivaient les Roumains en Maramures dans les années 60

(2) FILM DOCUMENTAIRE : Traditions païennes en Maramures

(3) DOCUMENT A2 (MFP) : Vivre avec les loups. C’est possible ! Exemple en Transylvanie

(4) Le DOSSIER FORÊT : Protégeons « la muette », rédigé par un jeune Roumain, Orlando Balaș, qui lutte contre la déforestation massive dans son pays. Il a appelé « La Muette », celle qui meurt en silence.

(5) Cette VIDÉO (filmée en caméra cachée) montre comment une grande entreprise Autrichienne trafique en achetant du bois illégalement coupé en Roumanie et s’ingère dans les affaires d’État (en faisant du chantage) quand le Parlement Roumain doit bientôt se prononcer sur un nouveau Code des forêts, dont le but est notamment de limiter les coupes.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 7 juin 2015 dans Écosophie

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :